Le Krav-Club

"Dans la rue, il n'y a pas de règle."

tactique

Comme je l'ai souvent écrit, ce qui se passe autour d'une technique de Krav-Maga est au moins aussi important que la technique elle-même, si ce n'est plus. Nous allons voir qu'apprendre à faire un minimum l'acteur va vous permettre de : mieux vous préparer pour les situations tendues, mais aussi les éviter et mieux les gérer.

Pourquoi je dois faire ça ? J'ai pas envie !

Tout d'abord, pourquoi je vous parle de jouer la comédie alors que le Kravg-Maga est on ne peut plus ancré dans la réalité?

Pour un entraînement proche de la réalité

Faire un peu l'acteur est important pour correctement conditionner votre partenaire d'entraînement. Comme je l'ai déjà dit dans d'autres articles, pour réagir correctement sous stress, il faut avoir déjà vécu une expérience semblable. Si vous vous entraînez avec des agresseurs-gentleman qui ne disent rien et qui ne font pas d'autres gestes que l'attaque du jour, vous risquez d'avoir du mal à faire la même chose avec quelqu'un qui vous bouscule, qui gesticule, n'arrête pas de parler, qui crie ou qui a le meurtre dans les yeux...

Pour ne pas être agressé

Un exemple exagéré de confiance en soi Évidement, il peut être utile de jouer un minimum la comédie dans la rue. Il s'agit d'appliquer un des principes de "l'art de la guerre" de Sun Tzu : "Il faut paraître faible quand on est fort, fort quand on est faible".

Je parie que peu d'entre vous ont pensé à ça en voyant le titre de l'article, mais la forme la plus simple de comédie consiste à cacher votre peur ou votre angoisse. Le but est ici d'apparaître aux yeux de l'agresseur comme une cible risquée et donc qu'il en choisisse une autre. Nous sommes donc là au début de la timeline, en phase de prévention ou d'anticipation si l'agression n'est pas encore certaine ou en phase de négociation si elle est imminente.

N'en faites pas des caisses, ce n'est pas donné à tout le monde d'être Thor !

Pour prendre l'avantage en cas d'agression

Un hotage appeuré À l'inverse, si l'agression ne peut plus être évitée de façon raisonnable, il faut que l'agresseur vous pense le plus faible possible pour qu'il ne soit pas trop sur ses gardes et qu'il ne prenne pas toutes les précautions pour verrouiller la situation à son avantage.

Pour cela, il faut jouer le script qu'il s'est probablement écrit dans la tête. Par exemple, s'il a une arme, il s'attend à ce que vous ayez peur et vous vous soumettiez. Tant que vous jouez le bon scénario, il s'y tiendra aussi. Attention, son scénario peut impliquer de vous tuer, il ne suffit donc pas de s'écraser à chaque fois pour survivre à tous les coups... Il a aussi prévu des scénarios alternatifs, en particulier si vous refusez de lui donner ce qu'il veut. Et dans ce cas là, il va soit se montrer violent, soit augmenter son contrôle sur la situation et sur vous. Par exemple, s'il a un arme à feu il peut s'écarter, s'il a un couteau il peut vous saisir pour que vous ne puissiez pas esquiver.

Le but est donc de sortir du script de la façon la plus rapide et imprévisible possible pour le prendre par surprise. Si vous avez réussi à vous placer intelligemment comme je le disais dans l'article sur la négociation, c'est encore mieux.

Voici un exemple en car-jacking où je commence par faire la technique "bêtement" et une autre où je joue le jeu pour en profiter pour détacher ma ceinture de sécurité.

Comment je fais ? je ne suis pas acteur !

Déjà il faut s'entraîner à le faire, il y aura suffisamment d'improvisation comme ça. Ensuite le plus gros problème, c'est la peur du ridicule. Pour l'éviter à l'entraînement, vous pouvez dire à votre partenaire "On joue le jeu pour que ça soit plus réaliste ok ?". Ça enlèvera un peu du côté bizarre de la chose. Ensuite, demandez-vous comment vous voyez les personnes agressives, sûres d'elles ou apeurées. Essayez de vous mettre à leur place pour faire ce qu'elles feraient. A l'inverse, celui qui a le rôle de l'agresseur doit essayer de voir s'il pourrait croire à votre bluff ou pas.

Voyons maintenant dans le détail comment obtenir les différents résultats recherchés avec des petites astuces de langage corporel.

Jouer l'agresseur virulent

Il s'agit certainement de ce qu'il y a de plus simple d'un point de vue "technique" il faut juste oser et utiliser un ou plusieurs de ces éléments :

  • Tête en avant
  • Muscles contractés, position tendue
  • Grands gestes
  • Prendre des appuis larges au sol
  • Parler fort
  • Être grossier. Et oui, c'est terminé les "Vile faquin, je vais vous occire séance tenante !"

Vous pouvez aussi jeter un coup d'œil sur l'article expliquant comment repérer une agression imminente pour trouver plus de détails.

Comment décourager l'agresseur

Il s'agit d'apparaître comme suffisamment dangereux tout en ne donnant pas de raison à l'agresseur de passer à l'acte. Imaginez-vous être un héros de film taciturne comme Maximus dans Gladiator par exemple.

Un exemple de confiance en soi

  • Il faut se tenir comme quelqu'un qui respire la confiance en soi : bien droit, la tête relevée, les épaules dégagées vers l'arrière. ll faut aussi bouger en conséquence : des mouvements amples et souples. Vous évitez ainsi d'être mis dans la case "peureux qui va me donner ce que je veux sans trop d'histoire".
  • Pour ne pas montrer que vous êtes intimidé, il ne faut pas rompre le contact visuel trop rapidement et il vaut mieux peu parler que trop ou sur un ton mal assuré.
  • L'excès opposé est également dangereux : affronter du regard ou tourner en dérision l'agresseur potentiel peut le décider à passer à l'acte pour laver l'affront.

Comment rassurer et surprendre l'agresseur

Il faut ici se mettre dans la peau de la personne effrayée et pas du tout prête à faire usage de la violence. Ici encore il faut combiner plusieurs éléments :

  • Montrer la paume des mains. C'est un signal universel qui indique que les intentions sont pacifiques car on n'a pas d'arme en main.
  • Se faire petit. En plus de vous donner une allure de victime, vous faites une cible plus petite et donc plus simple à défendre (pour ceux qui connaissent les défenses sur slash et attaque piquée, c'est la même chose).
  • Garder les bras près du corps, outre l'aspect "je ne cherche pas à attraper quoi que ce soit" cela va vous permettre de bouger votre main avec des mouvements le moins visible possible. Si vos mains sont levées tout en haut ou complètement sur le côté, les ramener vers le centre pour saisir un couteau est extrêmement visible en plus d'être long. Éviter de les avancer vers l'arme à saisir, ça pourrait vous faire gagner du temps certes, mais l'agresseur risque fort de comprendre ce qui se passe et soit réagir violemment sans préavis, soit s'éloigner et se montrer extrêmement méfiant.
  • Attention à ne présenter aucune attitude de la personne sûre de d'elle et encore moins agressive. Sur les menaces on voit très souvent des élèves avec la tête penchée en avant ou le corps tendu, dans ces cas là, c'est raté pour l'effet de surprise...
  • Prendre une voix aiguë, implorante, au rythme saccadé en servant autant que possible des "tout ce que vous voulez", "d'accord", "Ok, ok, ok !" , "je veux pas de problèmes", ou "je veux pas mourir" ! Attention à la caricature quand même...
  • Ne surtout pas regarder l'agresseur dans les yeux, il peut le prendre comme de l'assurance ou un défi. Et de plus il peut ainsi voir plus facilement que vous essayez de le tromper.
  • En jouant bien la personne apeurée, il peut paraître tout à fait naturel de regarder l'arme. Ou au contraire de détourner carrément la tête. L'essentiel est de donner l'impression qu'elle vous fait peur, pas que vous vous demandez comment l'attraper !
  • Enfin, une astuce qui peut prendre plusieurs formes et que j'appelle une "Han Solo" en référence à la scène de Star Wars IV où il descend un chasseur de prime dans le bar. Il attire l'attention avec sa main gauche levée tandis qu'il prépare son arme pour tirer sous la table. Il faut distraire l'agresseur, soit visuellement soit verbalement. Par exemple sur une menace avec arme, vous pouvez montrer la poche de votre portefeuille avec une main avant de saisir l'arme de l'autre, ou attaquer en plein milieu d'une phrase.

Han Solo fait diversion alors qu'il est tenu en joue

Le mot de la fin

Voilà, il y a certainement pleins de petits gestes ou attitudes que je n'ai pas décrits. Mais ce qu'il faut retenir c'est que le Krav-Maga ou la self-défense ne se limitent pas à des techniques. Ce sont des sujets bien plus vastes avec des domaines comme la tactique, la prévention, la communication, la psychologie basique et donc aussi faire semblant de pleurnicher avant d'envoyer un magistral coup de pied dans les parties ;)


Si vous avez une remarque ou des questions, vous pouvez laisser un commentaire en dessous !

Faites attention à vous. Image pour le partage facebook

Article précédent Article suivant