La première règle du Krav-Club est :
"Il n'y a pas de règle dans la rue."

La série sur les aptitudes pour survivre à une agression touche presque à sa fin avec les signes qui annoncent une agression imminente.

L'agresseur vérifie son arme

Avant qu'une agression ne se produise certains signes peuvent parfois être observés.

La présence d'une arme

Deux signes faciles à reperer peuvent indiquer la présence d'une arme :

  • Un clip qui dépasse de la poche, ce peut-être celui d'un stylo, mais il s'agit plus problement d'un couteau pliant.

Le clip d'un couteau pliant

  • L'agresseur tâte régulièrement une de ses poches ou une partie bien précise de ses vêtements. Il vérifie en fait si son arme est toujours là et bien placée. Cela peut carrément ressembler à un tic nerveux selon l'état mental de l'agresseur.

L'agresseur vérifie son arme

  • L'agresseur cache une de ses mains contiuellement, dans une de ses poches ou dans son dos. En le lisant ça parait évident mais nombre de victimes n'y prêtent pas attention ou se convainquent que ce n'est rien.

La décision de frapper

La volonté de passer à l'acte est plus problématique car les agrésseurs qui considèrent leur victimes comme des proies et non des concurrents peuvent passent à l'acte sans aucun marqueur visuel. Heureusement ces individus, qui sont qualifiés de psychopathes ou de sociopathes, sont rares (voir l'excellent livre Neuro Combat tome 2 pour en savoir plus sur la violence sociale ou asociale).

Les agresseurs normaux

  • L'agresseur s'ancre dans le sol, il écarte ses appuis, se tasse sur lui même, il baisse la tête, il ferme les poings. Il se met simplement dans une position permettant le combat. Normalement, si vous voyez quelqu'un comme sur la photo vous, n'aurez même pas besoin de réfléchir, votre instinct vous alarmera immédiatement car tout y est. Mais ce n'est pas toujours aussi évident. Une simple inclinaison de la tête vers l'avant ou un écartement des pieds sont à prendre au sérieux.

Un agresseur qui se prépare au combat

  • La couleur du visage de l'agresseur change. S'il devient rouge il s'agit de l'énervement et cela fait partie du duel rituel entre deux adversaires. Il est encore possible de désarmer la situation. Si le visage palit, il s'agit de l'anticipation du danger par le corps : tout le sang quitte la périphérie pour limiter les hémoragies. Dans ce second cas il faut vraiment se préparer au combat !

  • L'agresseur se met à gigoter, à devenir maladroit, à faire un mouvement ou des bruits en rythme : son adrénaline a déboulé dans ses veines et il fait ce qu'il peut pour la contenir tout en subissant les désagréments associés.

  • Le regard de l'agresseur change tout à coup, soit il donne l'impression de regarder "à travers vous" soit il ne vous regarde plus. Dans les deux cas l'agresseur a besoin de ne plus vous voir comme une personne et de couper tout lien d'empathie pour vous attaquer à cause de ses propres inhibitions. Attention l'agresseur est très probable et imminente !

Le regard fuyant ou traversant doit alerter

  • L'agresseur arrête complétement de cligner des yeux. Ce n'est absolument pas normal, un humain cligne en moyenne toute les 3 secondes ! Il se concentre intensemment, peut être pour comprendre ce que vous dites et y répondre peut être pour vous attaquer.

Les prédateurs

A l'inverse pour les prédateurs, les seuls indicateurs sont verbaux et malheureusement il peuvent paraître tout à fait anodins sur le coup :

  • Il vous associe à un type de personne peu valorisante. Il peut s'agir de tentatives de manipulations pour pousser à aller contre son instinct et montrer qu'on est quelqu'un de bien ou cool. Par exemple "C'est parce que tu as peur que tu ne veux pas me suivre?", "Tu te tiens si loin parce que je suis différent ?".
  • Il utilise très rapidement "nous". Un étranger n'utilise jamais nous lors d'une première rencontre, il s' agit probablement d'une tentative pour créer de l'empathie et faire baisser vos défenses.
  • Tout se passe trop vite et trop facilement. C'est peut être le coup de foudre ou un manipulateur né...
  • Il ignore vos refus et le mot "non" . Vous lui dites que vous n'avez pas besoin d'aide, mais le fait quand même, et surtout il continue par la suite d'ignorer complétement vos refus.
  • Il propose d'aller dans un coin isolé, lointain ou indéterminé. "Je connais un endroit génial mais c'est une surprise !" Il faut vraiment que j'explique celui là ?
  • Il se débrouille pour que vous lui deviez une faveur. lI vous rend un service que vous n'aviez pas demandé comme tenir la porte, porter quelque chose de lourd. Il compte ensuite jouer sur cette dette "perçue" pour obtenir quelque chose en échange comme par exemple que vous acceptiez d'aller prendre un café en passant par cette ruelle sombre.
  • Il donne trop de détails, il s'agit d'un indicateur de mensonges bien connu. Pour essayer de crédibiliser son recit il donne autant de détails que possible, plus que quelqu'un qui sait qu'il dit la vérité et qui ne ressent pas le besoin de se justifier.

Cet article détaille un des points présentés dans 5 aptitudes pour survivre à une agression. Vous y trouverez d'autres informations intéressantes. L'article suivant de cette mini série est d'ailleurs "Comment réagir en fonction de l'attaque".

Faites attention à vous.

Mise à jour (03 octobre 2018) : j'ai ajouté les suggestions faites en commentaire par "Mich".

Mise à jour (13 novembre 2018) : j'ai enrichi les indices d'attaques et remis un peu en forme l'article.

Article suivantArticle précédent

ÇA VOUS A PLU ?Vous voulez avoir directement tous les nouveaux articles ?Oui, je veux recevoir les nouveaux articles par mailNon, je prends le risque de rater des articlesVOUS RECEVREZ TOUS NOS CONTENUS DANS LA NEWSLETTER !Veuillez entrer une adresse mail valideEntrez votre adresse mail