La première règle du Krav-Club est :
"Il n'y a pas de règle dans la rue."

Nous avons vu la semaine dernière comment essayer de prévenir les agressions. Voyons maintenant comment les anticiper quand nous les avons quasiment en face de nous ! Eviter un type louche

Eviter un type louche Quand je parle ici d'anticipation, le danger est à proximité, visible, mais on peut encore l'éviter. Il s'agit de la deuxième étape de la timeline que j'ai décrite dans un des premiers articles du blog.

Comme souvent en self-defense, l'état d'esprit est ce qu'il y a de plus important. Soyez attentif à votre environnement, sinon vous ne pourrez rien faire à cette étape et les suivantes seront beaucoup, beaucoup plus compliquées...

Voici quelques conseils simples qui permettent de gérer bien des situations avant qu'elles ne deviennent problématiques :

  • Si vous voyez un type visiblement agressif, louche ou alcoolisé, n'hésitez pas à changer de trottoir ou à l'éviter carrément en changeant de direction. Faites-le calmement et en affichant un calme olympien, quelque soient vos sentiments. Sinon vous apparaîtrez comme une cible à faible risque comme nous l'avons vu dans l'article sur la prévention.
  • Déplacez-vous de façon à ne pas être surpris : ne rasez pas les murs, prenez des virages amples. Vous pourrez ainsi repérer à l'avance les personnes sur qui vous allez tomber et aurez le temps d'évaluer leur niveau de menace. Rien de pire qu'un agresseur qui vous saute dessus à détour d'un coin d'immeuble ou depuis un porche.
  • Si vous êtes statique dans un lieu public, dans un restaurant ou un magasin par exemple, placez-vous de façon à voir les personnes qui arrivent. Ne tournez pas le dos à l'entrée, si vous pouvez tenez vous contre un mur.
  • Ne laissez pas pénétrer votre espace personnel sans bonne raison. Si un inconnu agressif ou étrange s'approche à moins d'un mètre cinquante je vous conseille de regagner cette distance. Vous pouvez le faire en tendant le bras avec la pomme de main vers l'avant tout en reculant. Encore une fois, faites-le de façon décidée et assurée pour montrer que vous n'êtes pas une cible facile. Il faut faire attention à ne pas déclencher d'agressivité. Il faut pour cela être soi-même calme et parler d'un ton apaisé. Ce difficile équilibre doit véhiculer le message "Du calme, je ne veux pas que tu t'approches autant".
  • En voiture après avoir "échangé quelques gestes amicaux" ou autres amabilités avec un autre conducteur, soyez attentif à ce qu'il fait. Vous suit-ils ? Vous colle-t-il au pare-choc ? Va-t-il piler juste devant vous pour créer un petit accrochage ?

    Sur le trajet du travail, un camion de chantier avec deux personnes à bord sort d'un coup de son stationnement. Je pile et lui fait signe qu'il n'avait pas mis son clignotant avant de reprendre ma route. Je constate ensuite qu'il m'a suivit et je continue tout de même jusqu'à mon lieu de travail. Je remarque qu'il est lui aussi rentré dans le parking privé de la société et me gare de façon a pouvoir rapidement sortir du véhicule et peux attendre mes nouveaux amis. J'explique alors au conducteur que "Non je ne t'ai pas fait de bras d'honneur, je montrais ton clignotant. Non je n'ai pas peur de toi, si tu veux te battre pourquoi pas, mais c'est parce que tu as envie de chercher des noises et pas autre chose". Il repars déçu en me traitant de lâche, ce qui me pique un peu, mais je sais que j'ai évité soit des blessures soit des ennuis administratifs. Que se serait-il passé si je m'étais garé comme d'habitude en rangeant mes affaires et que j’avais été intercepté entre deux voitures garées ?

  • De façon générale où que vous soyez, si vous vous êtes disputé ou battu ne restez pas dans les parages. L'agresseur ou ses amis peuvent vouloir terminer l'histoire à leur façon. Voici à titre d'exemple une histoire vraie rapportée par un ami :

    En boite de nuit, "Tom", qui a trop bu, déclenche une bagarre avec "Mat". Etant "fatigué" il est défait assez séchement. "Mat", toujours dans le club, est poignardé un quart d'heure plus tard sans avoir vu son agresseur, un ami de "Tom". Il décéda des suites de ses blessures.

Enfin, faites attention aux signes précurseurs d'une agression dont nous avons parlé dans un article précédent.


La série d'articles sur les étapes de la timeline continue avec Comment fuir pour éviter d'être agressé.

Si vous avez une remarque ou des questions, laissez un commentaire en dessous !

Faites attention à vous.

Article suivantArticle précédent

ÇA VOUS A PLU ?Vous voulez avoir directement tous les nouveaux articles ?Oui, je veux recevoir les nouveaux articles par mailNon, je prends le risque de rater des articlesVOUS RECEVREZ TOUS NOS CONTENUS DANS LA NEWSLETTER !Veuillez entrer une adresse mail valideEntrez votre adresse mail